Les premiers-fruits de la Geoulah

En révélant que la Geoulah d’Israël commençait (début de l’année civile 1998), Dieu révéla qu’elle ne se répandra pas sur tout le peuple en même temps. L’objectif de D. est de préparer d’abord un petit troupeau de pionniers répondant avant les autres à son appel. Ces pionniers ont reçu le nom de premiers-fruits et sont appelés à être des colonnes de la Geoulah d’Israël. C’est dans cette phase que nous nous trouvons aujourd’hui. La parution de ces premiers-fruits dans l’arbre d’Israël est une des preuves les plus tangibles du commencement de la Geoulah,le signe avant-coureur que la pluie céleste va se déverser avec abondance sur tout le peuple. L’avancée de Geoulah est ainsi liée à l’avancée des premiers-fruits. Les difficultés que vit Israël aujourd’hui sont les douleurs de l’enfantement de la Geoulah, à savoir de l’enfantement de ses premiers-fruits. Plus la Geoulah progresse à l’intérieur du peuple au-travers de ses premiers-fruits, plus le mal et la corruption cachés s’extériorisent, en particulier dans les structures du pays. Quand Dieu jugera que sera complet le troupeau de premiers-fruits, alors la Geoulah sera étendue à tout Israël, d’une manière que lui seul connaît. Le moment sera alors venu pour Israël, premiers-fruits en tête, d’accomplir sa mission de lumière des nations et leur premier-né et de leur annoncer la Geoulah, à elles aussi, au milieu des jugements qu’elles traverseront (voir :Les nations).

Le retour d’exil et le développement du pays

Le retour des Juifs d’exil et le retour de l’autorité de ta terre entre

leurs mains engendre deux bénéfices immédiats : Le développement

de la popu­la­tion et la recons­truction du pays, à savoir la

renaissance de sa végétation et de sa faune, la florai­son de villes et

de lieux d’habitation – la plupart érigées sur leur emplacement

antique. La terre d’Israël demeura dans les ténèbres tant que le peuple

d’Israël demeura loin d’elle ; elle ne revint à la vie que

lorsqu’elle le retrouva et le peuple ne recommença à s’épanouir que

lorsqu’il s’y réinstalla.

Le sionisme, mouve­ment caractérisé de « laïc »,

accom­plit  en fait les promesses bibliques. Ce qui a été réalisé

tient du prodige ; prodige que l’Eternel ac­com­plit en faveur de

ses enfants dans un but bien précis, afin qu’ils voient et sachent,

réflé­chissent et compren­nent tous ensemble que c’est la main de

l’Eternel qui l’a fait, que c’est le Saint d’Israël qui en est l’auteur

(Isaïe 41, 20). Et surtout qu’ils s’attendent avec une foi inébranlable

à ce que les prophéties bibliques poursuivent leur accom­plis­­sement

jusqu’à son terme :



Ils viendront et entonneront des chants sur les hauteurs de Sion, ils

accourront jouir des biens de l’Eternel, du blé, du vin et de l’huile,

des produits du menu et du gros bétail ; leur âme sera semblable à

un jardin bien arrosé et ils seront désormais exempts de soucis.

(Jérémie 31, 12 [11])




Je les ferai sortir [les brebis d’Israël] du milieu des nations, je les

rassemblerai des [différentes] contrées et les ramènerai sur leur

sol ; je les ferai paître sur les montagnes d’Israël, dans les

ravins et dans toutes les localités habitables du pays. (Ezéchiel 34,

13)

La volonte de Dieu, cause unique de la Geoulah

Si notre génération a obtenu, aujourd’hui, de vivre la Geoulah, il nous

est interdit de penser que nous sommes meilleurs que ceux qui nous ont

précédés. Il n’est pas un homme en ce monde dont les mérites personnels

le rendent digne d’hériter de la Geoulah. La Geoulah est un don

exclusif de la grâce de Dieu:



Dis à la maison d’Israël: Ainsi parle le Seigneur Dieu: Ce n’est pas

à cause de vous que j’agis, maison d’Israël, mais bien pour mon saint

nom, que vous avez déconsidéré parmi les nations où vous êtes venus.

(Ezéchiel 36, 22)




 (…) ce n’est pas en raison de nos mérites que nous répandons

nos supplications devant toi, mais en raison de ta grande miséricorde.

Seigneur, entends ! Seigneur, pardonne ! Seigneur, sois attentif et

agis sans retard, pour ton propre honneur, ô mon Dieu ! (Daniel 9,

18-19)

Le temps nouveau de la Geoulah d’Israël

La période de Geoulah se caractérise par le fait que Dieu changera

l’influence du passé diasporique sous toutes ses facettes et fera des

choses en tous points nouvelles. Se préparer à la nouveauté n’est

toutefois pas aisé, même si elle vient de Dieu et conduit à la

délivrance. Les plaintes de nos pères dans le désert, témoins des

miracles de la sortie d’Egypte, nous rappellent que la nature humaine

préfère souvent une servitude à laquelle elle est habituée à un salut

qu’elle ne connaît pas encore :



Ne rappelez plus les événements passés, ne méditez pas sur les temps

antiques. Voici, je vais créer des choses nouvelles, déjà elles

éclo­sent : ne les remarquez-vous pas ? (Isaïe 43, 18-19)>/em>



(…) désormais je te révélerai des faits nouveaux, des faits encore

cachés que tu ne connais pas, des faits qui se produisent maintenant,

qui n’ont pas existé plus tôt ; avant ce jour tu n’en as rien su, tu ne

saurais dire: Je les connaissais ! Non, tu n’en as rien entendu, rien

connu ; jamais ton oreille n’en a été frappée… (Isaïe 48, 6-8)>/em>



Voici, des jours vont venir, dit le Seigneur, où je conclurai avec la

maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle. (Jérémie

31, 31 [30])




Je vous donnerai un cœur nouveau et je vous inspirerai un esprit

nouveau (Ezéchiel 36, 26)

Signes du commencement de la Geoulah d’Israël

a.La Geoulah au temps du retour à Sion Cette interrogation légitime trouve sa réponse en un signe accompagnant presque toutes les prophéties bibliques* concernant la Geoulah, qui n’existait en aucun autre temps et qui indique que l’heure de la bénédiction a sonné. Ce signe est le retour des Juifs sur leur terre, accompagné du refleurissement du désert, et de la constitution de l’Etat d’Israël: l’Eternel, ton Dieu, te prenant en pitié, mettra un terme à ton exil, et il te rassemblera du sein des peuples parmi lesquels il t’aura dispersé. Tes proscrits, fussent-ils à l’extrémité des cieux, l’Eternel, ton Dieu, te rappellerait de là, et là même il irait te reprendre. Et il te ramènera, l’Eternel, ton Dieu, dans le pays qu’auront possédé tes pères, et tu le posséderas à ton tour ; et il te rendra florissant et nombreux, plus que tes pères. (Deutéronome 30, 3-5) C’est le cri de tes sentinelles ; ils élèvent la voix et ensemble ils jettent des accents de triomphe ; car ils voient, de leurs propres yeux, l’Eternel rentrer dans Sion. Eclatez en cris de joie, chantez en chœur, ruines de Jérusalem ! Car l’Eternel console son peuple, délivre Jérusalem. (Isaïe 52, 8-9) (…) Celui qui disperse Israël saura le rallier, et il veille sur lui comme le pasteur sur son troupeau. Car l’Eternel délivre Jacob et il le sauve de la main de plus fort que lui. (Jérémie 31, 10-11 [9-10]) b.Dieu parle à chacun de ses enfants La résurrection d’Israël et le retour à Sion témoignent de l’époque générale de la Geoulah et de son commencement physique (voir : Les deux phases de la Geoulah d’Israël), mais n’indique pas quand débutera la phase spirituelle qui est la Geoulah d’Israël proprement dite, ni comment elle se développera. Une des bénédictions essen­tielles de la Geoulah d’Israël est que l’Eternel parlera à chacun de ses enfants. Il leur permettra de Le connaître personnel­lement, de recevoir Sa parole et de comprendre Son plan. Cette révélation a commencé à poindre et est, en elle-même, un témoignage de la parution de la Geoulah : Ainsi le Seigneur n’accomplit rien qu’il n’ait révélé son dessein à ses serviteurs, les prophètes. Le lion a rugi: qui n’aurait peur ? le Seigneur Dieu a parlé: qui ne prophétiserait ? (Amos 3, 7-8) Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair, si bien que vos fils et vos filles prophéti­seront, que vos vieillards songeront des songes et que vos jeunes gens verront des visions. Même sur les esclaves et les servantes je répandrai, en ces jours, mon esprit. (Joël 3, 1-2) Et ils n’auront plus besoin ni les uns ni les autres de s’instruire mutuel­lement en disant : Reconnaissez l’Eternel ! car tous, ils me connaîtront, du plus petit au plus grand, dit l’Eternel… (Jérémie 31, 34 [33])

Les deux phases de la Geoulah d’Israël

La prophétie d’Ezéchiel, connue sous le nom de vision des Ossements desséchés, annonce la Geoulah d’Israël et décrit son processus: Prophétise sur ces ossements et dis-leur: Ossements desséchés, écoutez la parole de l’Eternel ! Ainsi parle le Seigneur Dieu à ces ossements: Voici que je vais faire passer en vous un souffle, et vous revivrez. Je mettrai sur vous des nerfs, je ferai croître autour de vous de la chair, je vous envelopperai d’une peau ; puis je mettrai en vous l’esprit, et vous vivrez ; et vous reconnaîtrez que je suis l’Eternel. (Ezéchiel 37, 4-6) Les os desséchés symbolisent la longue mort d’Israël. Cette mort fut la conséquence du rejet loin de Dieu et de l’exil millénaire loin de ta terre qui en était la traduction physique. Les lieux d’exil sont autant de tombeaux dans lesquels le peuple a attendu et attend la résurrection: Ainsi parle le Seigneur Dieu: Voici que je rouvre vos tombeaux, et je vous ferai remonter de vos tombeaux, ô mon peuple ! et je vous ramènerai au pays d’Israël. (Ezéchiel 37, 12) La vision d’Ezéchiel révèle que la Geoulah d’Israël s’accomplit en deux phases: une phase physique et une phase spirituelle. La phase physique de la Geoulah d’Israël Ezéchiel vit d’abord le rassemblement des os, leur revêtement de nerfs, de chair et de peau. Ceci traduit la résurrection physique du peuple sur sa terre, officialisée le 5 Yiar Tash’ah, 14 mai 1948, la première phase de la Geoulah, la phase physique: Je prophétisai comme j’en avais reçu l’ordre ; il se fit une rumeur, comme je prophétisais, puis un frémissement, et les os se rapprochèrent en s’ajustant l’un à l’autre. Je vis qu’il y avait sur eux des nerfs, qu’une chair s’était développée et qu’une peau s’étendait par-dessus, mais de souffle, il n’y en avait point encore. (Ezéchiel 37, 7-8) Dans l’attente de la seconde phase L’impulsion de la première étape de la Geoulah s’est éteinte depuis quelques années. Beaucoup des espérances premières mises dans le sionisme sont aujourd’hui évanouies. Le passage vers la deuxième phase de la Geoulah génère un malaise auquel chacun donne le nom de ses propres frustrations sans pouvoir affirmer avoir trouver la véritable raison du problème. Ezéchiel perçut ce désarroi et fit le juste diagnostic: de souffle, il n’y en avait point encore (Ezéchiel 37, 8)… La phase spirituelle de la Geoulah La première étape est certes dépassée, mais elle va se poursuivre en la seconde phase de la Geoulah, celle de la réception de l’esprit divin. La phase spirituelle est la Geoulah proprement dite. Elle sera plus remarquable, plus étonnante, plus extraordinaire que la première et surprendra le monde entier. L’esprit promis identifiera bien plus sûrement le peuple que ne peuvent le faire tous les éléments de son identité extérieure. Alors, Israël sera réellement Israël, la porte par laquelle Dieu s’exprime pour guérir l’humanité malade et pour achever son œuvre conduisant à la Geoulah éternelle. De même qu’Adam, issu de la poussière du sol, reçut le souffle divin pour devenir une âme vivante, ce souffle se répandra dans tout le peuple et fera de lui un peuple vivant: Il me dit: Fais appel à l’esprit, fais appel, fils de l’homme, et dis à l’esprit: Ainsi parle le Seigneur Dieu: Des quatre coins, viens, ô esprit, souffle sur ces cadavres et qu’ils revivent. Et je prophétisai, comme il me l’avait ordonné ; et l’esprit les pénétra, ils vécurent et ils se dressèrent sur leurs pieds, en une multitude extrêmement nombreuse. (Ezéchiel 37, 9-10)

Geoulah d’Israël

Tous les prophètes, à commencer par Moïse, ont annoncé qu’après une longue période de malédiction et d’exil viendrait une ère de félicité: la Geoulah. En ce temps-là, Dieu se souviendra de l’alliance avec Abraham et, par sa bonté, accordera à Israël toutes les bénédictions de la Geoulah: Et pourtant, même alors, quand ils se trouveront relégués dans le pays de leurs ennemis, je ne les aurai ni dédaignés ni repoussés au point de les anéantir, de dissoudre mon alliance avec eux: car je suis l’Eternel, leur Dieu ! Et je me rappellerai, en leur faveur, le pacte des aïeux, de ceux que l’ai fait sortir du pays d’Egypte à la vue des peuples pour être leur Dieu, moi I’Eternel. (Lévitique 26, 44-45) Tes proscrits, fussent-ils à l’extrémité des cieux, l’Eternel, ton Dieu, te rappellerait de là, et là même il irait te reprendre. Et il te ramènera, l’Eternel, ton Dieu, dans le pays qu’auront possédé tes pères, et tu le posséderas à ton tour ; et il te rendra florissant et nombreux, plus que tes pères. Et l’Eternel, ton Dieu, circoncira ton cœur et celui de ta postérité, pour que tu aimes l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme, et assures ton existence (…) Et le Seigneur, ton Dieu, te prodiguera des biens en favorisant tout le travail de ta main, le fruit de tes entrailles, le fruit de ton bétail, le fruit de ton sol ; car il se plaira de nouveau, le Seigneur, à te faire du bien, comme il s’y est plu pour tes ancêtres. (Deutéronome 30, 4-6, 9) L’Eternel est un Dieu d’amour, pour répandre sur son peuple de si sévères jugements, il s’est fait violence et a souffert avec lui. Aussi rien ne peut le retenir aujourd’hui que l’heure du relève¬ment est arrivée, de manifester à son peuple, Israël, la plénitude de son amour qui est sa nature véritable: Et je conclurai avec eux un pacte éternel, leur promettant de ne pas les abandonner et de les combler de bienfaits ; je disposerai leur cœur à me vénérer et à ne pas s’écarter de moi. Je prendrai plaisir à les rendre heureux et je les implanterai solide¬ment dans ce pays, de tout mon cœur et de toute mon âme. Oui, voici ce que dit le Seigneur: Aussi bien que j’ai suscité à ce peuple toute cette grande calamité, je lui susci¬terai tout le bonheur que je lui annonce. (Jérémie 32, 40-42) L’aurore de la Geoulah d’Israël, l’aurore de sa rédemption, a commencé à poindre. Des ténèbres du monde, l’Eternel va faire jaillir sa lumière et il commencera à le faire en Israël. La première mission d’Israël aujourd’hui est de se mettre en disposition de recevoir la Geoulah. Que chaque Juif – et chaque juste des nations (voir: Les nations) – s’apprête à prendre attentivement connaissance des promesses qui sont brièvement évoquées en ces pages, car elles constituent les termes du merveilleux contrat de Geoulah dont l’amour de l’Eternel, le Dieu d’Israël, le gratifie. C’est d’après ces promesses, seules, qu’Israël pourra développer justement son présent et son avenir. Israël, apprête-toi à être ce que depuis toujours tu as été destiné à être, sans l’avoir encore été !