L’accomplissement de la Geoulah personnelle

La Geoulah d’Israël a commencë vers le dëbut de l’annëe civile 1998. Elle n’atteint pas tout le peuple en mëme temps, mais d’abord un petit troupeau de pionniers que Dieu ëuvre ë constituer. Ces pionniers ont reëu le nom de premiers-fruits, car ils accomplissent avant les autres leur Geoulah personnelle (voir:La Geoulah personnelle). L’avancëe de la Geoulah d’Israël, aujourd’hui, dëpend de l’avancëe de ces premiers-fruits.

L’un des objectifs du site est d’aider ceux qui en ressentent l’appel ë trouver le chemin de leur Geoulah personnelle et ë l’accomplir. Une ëquipe se tient ë la disposition des personnes qui en manifesteront le dësir pour rëpondre, dans la mesure du possible, ë leurs questions (voir: Contactez-nous).

L’accomplissement de la Geoulah personnelle

Le processus d’accomplissement de la Geoulah personnelle et la consëcration ë ëtre premier-fruit de la Geoulah d’Israël se divise en quatre phases :

  1. Le discernement de l’appel de Dieu.
  2. Le choix de l’appelë.
  3. L’ëpreuve de l’appelë.
  4. La consëcration du premier-fruit.

 

1) Le discernement de l’appel de Dieu

Qui peut devenir premier-fruit de la Geoulah d’Israël ? Toute personne qui entend au fond de son cëur l’appel de Dieu et y soupire de tout son ëtre.

2) Le choix de l’appelë

Dieu ne force la main de personne, mais attend que l’appelë, lui-mëme, considërant avec sërieux l’invitation insigne qui lui est faite, y rëponde positivement. La rëponse de l’appelë doit provenir du plus profond de lui-mëme et ne pas ëmaner d’un simple enthousiasme superficiel.

Celui qui veut suivre Dieu doit le vouloir de tout ton cëur, de toute son ëme et de tout son pouvoir. Rien ni personne ne doit ëtre plus important que Dieu dans sa vie. Il ne doit ëtre më que par la seule faim de Dieu et la seule soif de voir avancer son plan (voir: La faim, l’ëpëe, la peste) :

Puis j’entendis la voix du Seigneur disant : Qui enverrai-je, et qui ira pour nous ? Et je rëpondis : Ce sera moi ! envoie-moi. (Isaëe 6, 8)

3) L’ëpreuve de l’appelë

La volontë de l’appelë, tel l’or ëpurë au creuset, sera immanquablement mise ë l’ëpreuve. Le but de l’ëpreuve est de faire ressortir les affections et les dësirs les plus chers au cëur de l’appelë afin de les mettre en balance avec l’appel de Dieu.

Les premiers-fruits potentiels pourront ëtre amenës ë accepter la solitude, l’incom­prë­hension, la rupture des cadres habituels de vie et d’idëes prëconëues et, si besoin est, de marcher contre les autres, contre la logique humaine et la logique ambiante.

A chaque ëpreuve, l’appel sera reformulë par Dieu, pour que le postulant confirme que rien ne fait obstacle ë sa consëcration. Si sa volontë est authentique, l’appelë sera prët ë tout sacrifier ë Dieu pour dëcouvrir la seule vraie richesse qui est Sa prësence.

Les premiers-fruits sont ceux qui gagnent le combat de la foi en croyant en Dieu avant de voir ses miracles et avant de recevoir ses dons. Ils sont persuadës que Dieu les aime plus qu’ils s’aiment, qu’il aime Israël plus qu’ils l’aiment, qu’il aime l’humanitë plus que les hommes ne pourront jamais l’aimer.

Les premiers-fruits sont animës d’humilitë, de soumission ë Dieu et vivement conscients de leur propre incapacitë.

Les premiers-fruits de la Geoulah d’Israël, s’ils peuvent se rëjouir des bënëdictions accordëes par Dieu ë son peuple, sont attachës exclusivement ë la Geoulah ëternelle, la vraie Geoulah que les justes connaëtront ë leur mort ou lorsque Dieu viendra changer ce monde (voir: La Geoulah ëternelle).

4) La consëcration du premier-fruit

Au-travers des victoires sur les ëpreuves, l’appelë construit et dëveloppe sa foi. S’il persëvëre jusqu’au terme de ses ëpreuves, s’engendre en lui le nouveau cëur promis par Dieu qui est le sceau de la Geoulah personnelle et le germe de sa vëritable nature ë l’image de Dieu (voir: Les bënëdictions de la Geoulah). L’appelë devient alors premier-fruit de la Geoulah d’Israël.

En la nouvelle nature naissant en lui, le premier-fruit retrouve l’union avec son Crëateur. Il peut expërimenter dës ce monde l’irruption de la vie divine dans son ëme et dans la part de monde qui lui est confiëe et, corrëlativement, par son nouvel esprit pënëtrer dans le monde divin (voir: La Geoulah personnelle).

Par cette nouvelle nature, exclusivement, le premier-fruit devient en mesure de servir Dieu ë la mesure de sa saintetë et peut commencer ë ëuvrer pour le dëveloppement de la Geoulah d’Israël.

Le premier-fruit recherche avec persëvërance et assiduitë la volontë de Dieu pour sa vie personnelle et la force qu’Il donne pour accomplir sa vocation. Quand il annonce la Geoulah, le premier-fruit ne transmet pas simplement de justes explications, mais il laisse le ciel s’entrevoir en lui et en apporte ainsi un tëmoignage vivant.

Advertisements

La Geoulah personnelle

L’avancée de la Geoulah, qu’elle soit éternelle ou celle d’Israël, ne se réalise que par l’accomplis-sement de la Geoulah personnelle. La porte par laquelle la Geoulah entre en ce monde est le cœur de l’homme. La chute d’Adam a brisé l’humanité en une multitude de cellules individuelles que sont les hommes. Depuis, la vie, la mort, le salut sont affaires individuelles. Quand, à la fin des temps, viendra le jugement dernier et la résurrection des morts, chacun ira vers la destination finale d’après ce qu’aura été sa vie personnelle : La multitude de ceux qui dorment dans la poussière du sol se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour être un objet d’ignominie et d’horreur éternelle. (Daniel 12, 2) La conquête de la Geoulah personnelle est le sens et le but de toute vie humaine sur cette terre. Elle permet dès ce monde l’accès à la Geoulah éternelle, mais au prix d’un engagement entier de l’être. La Geoulah personnelle est l’union retrouvée à Dieu. Elle engendre une dimension nouvelle de vie chez celui qui en bénéficie. Elle permet l’irruption de l’être divin dans l’âme de la personne, dans la part du monde qui lui est confiée, et, corrélativement, de l’esprit de l’homme dans le monde divin. La clé de la Geoulah personnelle est le renouvellement du cœur, sa circoncision. A savoir, la résurrection de la nature humaine originelle, l’image de Dieu perdue par la faute d’Adam : L’Eternel, ton Dieu, circoncira ton cœur et celui de ta postérité, pour que tu aimes l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme, et assures ton existence. (Deutéronome 30, 6) La circoncision du cœur est de plus la circoncision des sens handicapés par l’antique jugement divin : Que le cœur de ce peuple soit épaissi, que ses oreilles soient assourdies, que ses yeux soient hébétés (Isaïe 6, 10). Cette circoncision spirituelle ouvre la porte de la connaissance de Dieu selon une intimité incomparable et permet de recevoir de lui la nourriture nécessaire à l’âme : Ceux qui voient n’auront plus les yeux troubles, ceux qui entendent prêteront une oreille attentive ; l’intelligence des gens légers apprendra à connaître, et la langue des bègues s’exprimera avec facilité et clarté. (Isaïe 32, 3-4) L’accomplissement de la Geoulah d’Israël est une promesse divine. Par contre, ce qui dépend relativement de l’homme est le degré de rapidité de son développement et le degré de difficulté de celui-ci. Plus rapidement chacun ouvrira son cœur à la Geoulah personnelle, plus vite la Geoulah d’Israël avancera et, par voie de conséquence, la Geoulah éternelle, et plus de peines inutiles seront épargnées. La venue de la Geoulah éternelle est liée à l’accomplissement de l’ensemble des Geoulot [= pluriel de Geoulah] personnelles. Quand la dernière cellule humaine devant être sauvée le sera, alors la Geoulah éternelle sera prête à paraître des cieux.