Les bénédictions de la Geoulah

Les bénédictions de la Geoulah d’Israël se répartissent en deux niveaux

selon ses deux phases (voir : Les deux phases de la Geoulah

d’Israël). A la phase physique sont attachées des bénédictions

physiques, à la phase spirituelle, des bénédictions spirituelles ;

la distinction n’est cependant pas toujours tranchée et les deux

niveaux s’interpénètrent souvent. Les bénédictions physiques sont

temporelles et partielles et, comme la Geoulah d’Israël,  elles

ont pour objectif essentiel de préparer la Geoulah éternelle qui est le

but ultime de Dieu (voir : Qu’est-ce que la Geoulah). Les

bénédictions spirituelles sont éternelles et parfaites et caractérisent

la Geoulah personnelle. Celle-ci est le but de toute vie humaine sur

cette terre et permet dès ce monde l’accès à la Geoulah éternelle

(voir : La Geoulah personnelle).

221-Les bénédictions physiques

222-Les bénédictions spirituelles

Advertisements

Les bénédictions spirituelles

Rédemption d’Israël que Dieu avait déjà commencé à réaliser la phase physique, il continuera étape de plus intensément spirituelle. Mais cette fois, les étangs atteindra le cœur et l’âme du peuple; Car je répandrai des eaux sur le sol altéré, et des ruisseaux sur la terre sèche; Je répandrai mon Esprit sur ta semence, et ma bénédiction sur ta progéniture; Et ils germeront parmi l’herbe, comme les saules près des cours d’eau. (Isaïe 44, 3-4)

Et ils viendront et chanter dans les hauteurs de Sion, et y afflueront la bonté de l’Eternel, le maïs, et le vin, et de l’huile, et le jeune du troupeau et du troupeau; et leur âme sera comme un jardin arrosé, et ils ne sont pas plus du tout de pins. (Jérémie 31,11)

  1. Le pardon des fautes, la nouvelle alliance et la transformation du cœur et des sens<
  2. La présence de Dieu au sein de son peuple

Les trois voies pour trouver la Geoulah

Dieu a révélé que la route vers la Geoulah se divisait en trois voies,

désignées symboliquement comme la faim, l’épée et la peste.

La faim

C’est la seule la voie véritable, elle est la faim de connaître Dieu et

de faire sa volonté. Une faim que rien d’autre que la vérité divine ne

peut combler. C’est la voie des premiers-fruits de la Geoulah.

L’épée

Pour diriger ses enfants vers la bonne voie, celle de la faim, Dieu est

le plus souvent obligé d’employer l’épée. L’épée de l’Eternel prend

pour cible ce en quoi le cœur humain met illusoirement sa confiance,

son affection ou ses espoirs. Ces objets deviennent alors des idoles et

un obstacle à la juste relation à Dieu. Les idoles principales

gravitent autour de la famille, du couple, de la maison, de la

subsistance, de la profession, de la santé, ou de mille autres choses

que l’homme considère, à tort, comme vitales pour lui.

Lorsque Dieu voit qu’une personne possède les dispositions de cœur lui

permettant d’entrer dans la voie de la Geoulah, la voie de la faim,

mais qu’elle ne peut le réaliser parce que son cœur est attaché à ses

idoles, alors Dieu va toucher ces idoles par son épée. Le seul but est

d’amener la personne à reconsidérer sa voie, à se poser les bonnes

questions et, en fin de compte, à se tourner vers Dieu.

Selon les personnes, le nombre et l’intensité des coups d’épée

varient ; certains réalisent vite le sens de leurs épreuves, alors

que d’autres attendent d’être terrassés par celles-ci pour invoquer

l’aide divine.

L’épée de l’Eternel ne touche pas seulement les idoles personnelles,

mais s’attaque aussi aux idoles nationales ou collectives dans tous

leurs domaines (religion, armée, politique, éducation, affaires, etc.)

Les défaillances de Tsahal, dans la deuxième guerre du Liban, par

exemple, sont à considérer comme un coup d’épée divine destinée à

inviter le peuple à se tourner vers celui qui donne la force, Dieu, et

non vers celui qui en est le récepteur, ici Tsahal (voir : Les

défaillances de Tsahal).

La peste

La voie de la peste est la plus complexe, car ceux qui la pratiquent

n’ont pas conscience de leur erreur. Ils pensent souvent, au contraire,

marcher dans une voie juste, agréable à Dieu.

Le mot peste, en hébreu dévér, est le même mot que le mot davar, qui

est la parole, à savoir la parole de Dieu. La voie de la peste (dévér)

présente des aspects semblables à la voie de la parole divine (davar),

mais elle n’est pas cette voie. Parfois, elle est tout à son opposé. La

voie de la peste regroupe toutes sortes de fausses doctrines ou de

doctrines mélangées qui nuisent plus ou moins gravement à ceux qui s’y

attachent.

La liste des pestes serait bien trop longue à établir et forcément

incomplète. Il s’en crée tous les jours de nouvelles, mais il en existe

d’autres aussi vieilles que le monde. Il en est de très officielles et

de bien établies, comme les religions, et d’autres rejetées de la

société, comme les sectes.

Les voies de la peste s’intéressent à tous les domaines, le corps,

l’âme, la société, la nature, la nourriture, la santé, les

connaissances, les moyens d’atteindre Dieu, la vérité ou la sainteté.

Il en est de faible dangerosité, comme certaines doctrines diététiques,

et d’autres plus funestes que la mort, car elles menacent la personne

en sa dimension spirituelle la plus profonde, telles la magie noire ou

la kabbale pratique. Entre ces deux extrêmes, et à des degrés divers,

se trouvent les religions, religion juive incluse.

Ce qui caractérise la voie de la peste et la distingue de simples voies

humaines est que dans la voie de la peste existe toujours une dimension

« spirituelle ». Si tant est que cette dimension soit

réellement spirituelle, elle n’est néanmoins jamais celle de Dieu ou

jamais entièrement celle de Dieu. En un mot, toute voie qui, d’une

quelconque manière, possède une dimension spirituelle ou une référence

à Dieu, mais n’est pas la relation directe, personnelle et intime avec

Lui, est peste.

La voie de la peste n’est pas à proprement parler une voie pour entrer

dans la Geoulah divine, mais une impasse dans laquelle des personnes

sincères en quête de vérité se fourvoient. A terme, après avoir enduré

les maux engendrés par leur voie erronée et l’avoir reconnue pour

telle, ces personnes sincères pourront être amenées à se poser les

bonnes questions pour trouver le bon chemin.

La lutte contre la voie de la peste est d’autant plus urgente qu’en

parallèle du développement de la Geoulah pullulent des milliers de

fausses doctrines, qui exploitent une faim souvent réelle à laquelle

elles proposent une nourriture frelatée :

Voici, des jours vont venir, dit le Seigneur Dieu, où j’enverrai la

famine dans le pays: ce ne sera ni la faim demandant du pain ni la

soif de l’eau, mais le besoin d’entendre les paroles de l’Eternel.

Alors on sera errant d’une mer à l’autre et du Nord au Levant, on se

répandra partout pour chercher la parole de l’Eternel, et on ne la

trouvera point. (Amos 8, 11-12)

Signes du commencement de la Geoulah d’Israël

a.La Geoulah au temps du retour à Sion Cette interrogation légitime trouve sa réponse en un signe accompagnant presque toutes les prophéties bibliques* concernant la Geoulah, qui n’existait en aucun autre temps et qui indique que l’heure de la bénédiction a sonné. Ce signe est le retour des Juifs sur leur terre, accompagné du refleurissement du désert, et de la constitution de l’Etat d’Israël: l’Eternel, ton Dieu, te prenant en pitié, mettra un terme à ton exil, et il te rassemblera du sein des peuples parmi lesquels il t’aura dispersé. Tes proscrits, fussent-ils à l’extrémité des cieux, l’Eternel, ton Dieu, te rappellerait de là, et là même il irait te reprendre. Et il te ramènera, l’Eternel, ton Dieu, dans le pays qu’auront possédé tes pères, et tu le posséderas à ton tour ; et il te rendra florissant et nombreux, plus que tes pères. (Deutéronome 30, 3-5) C’est le cri de tes sentinelles ; ils élèvent la voix et ensemble ils jettent des accents de triomphe ; car ils voient, de leurs propres yeux, l’Eternel rentrer dans Sion. Eclatez en cris de joie, chantez en chœur, ruines de Jérusalem ! Car l’Eternel console son peuple, délivre Jérusalem. (Isaïe 52, 8-9) (…) Celui qui disperse Israël saura le rallier, et il veille sur lui comme le pasteur sur son troupeau. Car l’Eternel délivre Jacob et il le sauve de la main de plus fort que lui. (Jérémie 31, 10-11 [9-10]) b.Dieu parle à chacun de ses enfants La résurrection d’Israël et le retour à Sion témoignent de l’époque générale de la Geoulah et de son commencement physique (voir : Les deux phases de la Geoulah d’Israël), mais n’indique pas quand débutera la phase spirituelle qui est la Geoulah d’Israël proprement dite, ni comment elle se développera. Une des bénédictions essen­tielles de la Geoulah d’Israël est que l’Eternel parlera à chacun de ses enfants. Il leur permettra de Le connaître personnel­lement, de recevoir Sa parole et de comprendre Son plan. Cette révélation a commencé à poindre et est, en elle-même, un témoignage de la parution de la Geoulah : Ainsi le Seigneur n’accomplit rien qu’il n’ait révélé son dessein à ses serviteurs, les prophètes. Le lion a rugi: qui n’aurait peur ? le Seigneur Dieu a parlé: qui ne prophétiserait ? (Amos 3, 7-8) Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair, si bien que vos fils et vos filles prophéti­seront, que vos vieillards songeront des songes et que vos jeunes gens verront des visions. Même sur les esclaves et les servantes je répandrai, en ces jours, mon esprit. (Joël 3, 1-2) Et ils n’auront plus besoin ni les uns ni les autres de s’instruire mutuel­lement en disant : Reconnaissez l’Eternel ! car tous, ils me connaîtront, du plus petit au plus grand, dit l’Eternel… (Jérémie 31, 34 [33])

Les deux phases de la Geoulah d’Israël

La prophétie d’Ezéchiel, connue sous le nom de vision des Ossements desséchés, annonce la Geoulah d’Israël et décrit son processus: Prophétise sur ces ossements et dis-leur: Ossements desséchés, écoutez la parole de l’Eternel ! Ainsi parle le Seigneur Dieu à ces ossements: Voici que je vais faire passer en vous un souffle, et vous revivrez. Je mettrai sur vous des nerfs, je ferai croître autour de vous de la chair, je vous envelopperai d’une peau ; puis je mettrai en vous l’esprit, et vous vivrez ; et vous reconnaîtrez que je suis l’Eternel. (Ezéchiel 37, 4-6) Les os desséchés symbolisent la longue mort d’Israël. Cette mort fut la conséquence du rejet loin de Dieu et de l’exil millénaire loin de ta terre qui en était la traduction physique. Les lieux d’exil sont autant de tombeaux dans lesquels le peuple a attendu et attend la résurrection: Ainsi parle le Seigneur Dieu: Voici que je rouvre vos tombeaux, et je vous ferai remonter de vos tombeaux, ô mon peuple ! et je vous ramènerai au pays d’Israël. (Ezéchiel 37, 12) La vision d’Ezéchiel révèle que la Geoulah d’Israël s’accomplit en deux phases: une phase physique et une phase spirituelle. La phase physique de la Geoulah d’Israël Ezéchiel vit d’abord le rassemblement des os, leur revêtement de nerfs, de chair et de peau. Ceci traduit la résurrection physique du peuple sur sa terre, officialisée le 5 Yiar Tash’ah, 14 mai 1948, la première phase de la Geoulah, la phase physique: Je prophétisai comme j’en avais reçu l’ordre ; il se fit une rumeur, comme je prophétisais, puis un frémissement, et les os se rapprochèrent en s’ajustant l’un à l’autre. Je vis qu’il y avait sur eux des nerfs, qu’une chair s’était développée et qu’une peau s’étendait par-dessus, mais de souffle, il n’y en avait point encore. (Ezéchiel 37, 7-8) Dans l’attente de la seconde phase L’impulsion de la première étape de la Geoulah s’est éteinte depuis quelques années. Beaucoup des espérances premières mises dans le sionisme sont aujourd’hui évanouies. Le passage vers la deuxième phase de la Geoulah génère un malaise auquel chacun donne le nom de ses propres frustrations sans pouvoir affirmer avoir trouver la véritable raison du problème. Ezéchiel perçut ce désarroi et fit le juste diagnostic: de souffle, il n’y en avait point encore (Ezéchiel 37, 8)… La phase spirituelle de la Geoulah La première étape est certes dépassée, mais elle va se poursuivre en la seconde phase de la Geoulah, celle de la réception de l’esprit divin. La phase spirituelle est la Geoulah proprement dite. Elle sera plus remarquable, plus étonnante, plus extraordinaire que la première et surprendra le monde entier. L’esprit promis identifiera bien plus sûrement le peuple que ne peuvent le faire tous les éléments de son identité extérieure. Alors, Israël sera réellement Israël, la porte par laquelle Dieu s’exprime pour guérir l’humanité malade et pour achever son œuvre conduisant à la Geoulah éternelle. De même qu’Adam, issu de la poussière du sol, reçut le souffle divin pour devenir une âme vivante, ce souffle se répandra dans tout le peuple et fera de lui un peuple vivant: Il me dit: Fais appel à l’esprit, fais appel, fils de l’homme, et dis à l’esprit: Ainsi parle le Seigneur Dieu: Des quatre coins, viens, ô esprit, souffle sur ces cadavres et qu’ils revivent. Et je prophétisai, comme il me l’avait ordonné ; et l’esprit les pénétra, ils vécurent et ils se dressèrent sur leurs pieds, en une multitude extrêmement nombreuse. (Ezéchiel 37, 9-10)